. . . . OVIPAL - OBSERVATOIRE DE LA VIE POLITIQUE EN ALSACE . . . .

.       .   . . OVIPAL - OBSERVATOIRE DE LA VIE POLITIQUE EN ALSACE . . . .

Dans quelle proportion le vote régionaliste s’est-il reporté sur le FN au deuxième tour des régionales 2015 ?

Après avoir analysé les reports de voix dans un bloc de communes ayant un fort étiage de vote FN (dans le Bas-Rhin), ainsi que sur une commune ayant voté fortement pour les régionalistes, l’hypothèse selon laquelle le vote régionaliste s’est reporté massivement sur le FN ,dans une proportion comprise entre 50% et 90%, à l’instar du vote « Alsace d’abord » aux régionales de 2004, se révèle consistante.

 

 

Les reports de voix entre le premier et le deuxième tour (ou d’une élection à l’autre) sont un élément essentiel de la dynamique électorale. On y mesure les fidélités électorales, le basculement de certains électorats dans l’abstention, les déplacements de l’électorat d’un parti vers un autre.

 

On y mesure également les sensibilités politiques d’électorats atypiques, comme par exemple en alsace l’électorat autonomiste. Que votent les électeurs de cette tendance au second tour, quand ils n’ont plus de candidats propres à soutenir ?

 

On cherchera ici à savoir si le vote régionaliste s’est reporté sur le FN au second tour.  On approchera cette question à partir du bloc des 20 bureaux de vote qui ont le plus voté FN dans le 67 (entre 49% et 56%). Même s’il s’agit de petites communes, situées pour l’essentiel en Alsace du Nord - mais pas seulement. [voir tableau en annexe]


Ce bloc se caractérise par une très forte progression du nombre de voix FN entre le premier et le deuxième tour des régionales de 2015.

 

Dans ce bloc de communes le FN obtenait (dans le cadre d’une augmentation de la démographie électorale d’environ 10%) :

 

  • 680 voix        au deuxième tour des régionales de 2004 
  • 1771 voix      au premier tour des régionales de 2015
  • 2307 voix      au deuxième tour des régionales de 2015

 

On peut le constater, la progression est spectaculaire.

 

Rappelons que pour l’ensemble du 67, la progression en voix du FN n’a été que entre les deux tours que de 24 % (de 112 096 à 139 202).

 

D’où viennent 536 les voix supplémentaires obtenues entre les deux tours par le FN, qui représentent une progression de  30% ?

 

Examinons les reports de voix dans une des communes de ce bloc, Kindwiller, canton de Reichshoffen, qui vote à 56 % pour le FN.

 

Le tableau qui suit est une hypothèse de report des voix entre le premier et le second tour.

 

Kindwiller

R 2015

R1

R2

 

Report abstention

Report gauche

Report FN

Report Richert

Report Régio

Abstention

215

162

dont

162

 

 

 

 

Richert

70

122

dont

53

10

 

70

 

Gauche*

15

5

dont

 

5

 

 

 

FN

122

170

dont

 

 

122

 

49

Régionalistes

49

-

 

-

-

-

-

-

 

*total PS, EELV, E-G, FdG

 

(le tableau se lit de la façon suivante : les 122 voix obtenues par Richert au deuxième tour (R2) sont formées par 53 voix d’abstentionnistes du premier tour, du report de 10 voix de la gauche, et des 70 voix initiales que ce candidat avait remporté au premier tour).

 

Cette hypothèse suppose les comportements électoraux suivants :

 

  • 53 abstentionnistes du premier tour ont voté Richert au second, répondant à l’appel lancé par tous les partis, sauf le FN, de se déplacer au second tour « pour faire barrage  au FN ».
  • Les deux tiers des 15 électeurs de gauche du premier tour se sont reportés sur Richert, suivant en cela les consignes de vote de la gauche.

 

Dans cette perspective, on peut faire l’hypothèse que tout ou partie (90 % serait un chiffre raisonnable) des 49 voix des régionalistes ont pu se reporter sur le FN, permettant ainsi son importante progression entre les deux tours, progression qui est précisément de 48 voix.

 

Cette hypothèse ne fonctionne pas si tout ou partie des voix régionalistes a plongé dans l’abstention au deuxième tour et que donc la FN a eu un renfort important d’abstentionnistes du premier tour.

 

La consigne de vote donnée par les dirigeants régionalistes était de voter blanc au second tour. L’examen du différentiel entre le vote blanc au premier tour et au second tour, montre que pour Kinwiller le vote blanc est passé de 8 électeurs à 10 électeurs, augmentation peu significative, qui renforcerait l’l’hypothèse d’une report des voix régionalistes sur le FN.

 

Un parallèle avec « Alsace d’abord »

 

En l’absence de réalité de cette objection méthodologique, les voix régionalistes se sont comportées de façon étrangement parallèle avec les voix du parti « Alsace d’abord », qui étaient, en 2004, venues renforcer, entre le premier et le deuxième tour le vote FN.

 

Les électeurs de ce bureau de vote auraient donc « utilisés » le vote régionaliste comme un vote « pré-FN », alors même que les dirigeants de la liste régionaliste n’avaient donné aucune consigne de vote dans ce sens.

 

Ce raisonnement, valable pour Kindwiller, est-il transposable à l’ensemble du « bloc des 20 communes ayant voté le plus pour le FN » ?

 

Sur l’ensemble des communes, le vote régionaliste est de 442 voix au premier tour, tandis que le surcroit de votes FN au second est de 536 voix.

 

L’examen des votes blancs montre que ceux-ci passent, sur l’ensemble du bloc, de 80 voix à 98 voix, augmentation certes notable, mais faible au regard du nombre de voix régionalistes concernées par cette consigne de vote 442 votes régionalistes au premier tour, pour un surcroît de 18 votes blancs au second.

 

Les régionalistes n’ont donc pas utilisé le vote blanc. L’hypothèse d’un report de ces voix sur le FN, dans une proportion à déterminer (elle n’est sans doute pas de 100 %, même dans le meilleur des cas) tient donc encore la route.

 

Nous pouvons donc conclure provisoirement que, au moins dans les communes ayant un fort étiage de vote FN, le vote régionaliste s’est reporté massivement sur le FN, à l’instar du vote « Alsace d’abord » aux régionales de 2004.

 

Ce raisonnement vaut-il pour les communes ayant voté fortement régionaliste ? Prenons l’exemple de la commune d’Ohnenheim, canton de Sélestat, qui ne  fait pas partie du «  bloc des 20 » et où le candidat régionaliste réalise 26% des votants, soit 118 voix (là où dans les cantons d’Alsace du Nord, il dépasse peu les 10%).

 

Voici une hypothèse de reports des voix :

 

 

Onhenheim

R 2015

R1

R2

 

Report abstention

Report gauche

Report FN

Report Richert

Report Regio

Abstention

338

294

dont

 

 

 

 

 

Richert

81

186

dont

44

 

 

81

57

Gauche

42

43

dont

 

42

 

 

 

FN

169

230

dont

 

 

169

 

61

Régionalistes

118

-

 

-

-

-

-

-

 

Dans ce cas de figure, on peut faire l’hypothèse, sous la réserve méthodologique évoquée plus haut, que le vote régionaliste s’est partagé pour moitié entre Richert (malgré l’hostilité politique que rencontre ce dernier dans les milieux régionalistes) et le FN.

 

La consigne de vote blanc a fait passer celui- de 6 voix au premier tour à 19 voix au second, soit une progression de 13 voix ( à rapporter au 118 voix régionalistes du premier tour).

 

L’hypothèse selon laquelle le vote régionaliste abonde bien le vote FN au second tour, dans une proportion comprise entre 50% et 100%, se révèle donc consistante.

 

On peut ainsi faire l’hypothèse, en conclusion générale, que le vote régionaliste, selon les bureaux de vote concernés, s’est reporté sur le vote FN dans une fourchette variant entre 50 et 100% , c’est à dire, plus probablement entre 50% et 90%, compte-tenu des votes blancs.

 

Philippe Breton

Ovipal

Version du 8 janvier 2015

 

Annexe

 

Le bloc des 20 communes du Bas-Rhin ayant le plus voté pour le FN au second tour des régionales de 2015

 

Rang

2015

CANTON

Bureau de vote

%  FN R2-2004

%  FN R2-2015

voix FN

R2-2004

Voix FN R1-2015

voix FN

R2-2015

voix en + entre les deux tours

 

TOTAUX

 

 

 

680

1771

2307

536

1

Niederbronn-les-bains/Reichshoffen

Kindwiller

40

56,29

110

122

170

48

2

Bischwiller

Dalhunden

31,92 

55,90

113 

173

256

83

3

Sarre-Union/Ingwiller

Bissert

50,79

54,67

32

39

41

2

4

Ingwiller/Drulingen

Bust

32,38 

54,21

68 

92

116

24

5

Bischwiller

Fort-Louis

21,83 

54,13

19 

45

59

14

6

Ingwiller/Drulingen

Thal-Drulingen

21,73 

53,01

15 

33

44

11

7

Saales/Mutzig

Saulxures

34,72

52,75

83

95

115

20

8

Brumath

Bietlenheim

35,19

52,55

38

60

72

12

9

Sélestat

Dieffensthal

33,07

52,48

43

57

74

17

10

Ingwiller

Dehlingen

27,89 

52,43

41 

73

97

24

11

Marmoutier/Saverne

Hengwiller

35,86

51,40

33

43

55

12

12

Reichshoffen

Zinswiller

32,33 

50,73

107 

125

174

49

13

Mutzig

Bourg-Bruche

27,80 

50,73

62 

80

104

24

14

Marckolsheim/Sélestat

Richtolsheim

36,52

50,70

61

52

72

20

15

Sélestat/Marckolsheim

Ohnenheim

31,86 

50,11

116 

169

230

61

16

Ingwiller/Drulingen

Goerlingen

31,25 

49,62

35 

62

66

4

17

Bischwiller

Stattmatten

34,38

49,22

76

112

127

15

18

Saverne

Maennolsheim

26,37 

49,17

24 

52

49

-3

19

Wissembourg/Soultz sous forêts

Keffenach

24,03 

49,09

25 

39

54

15

20

Niederbronn-les-bains/Reichshoffen

Oberbronn

33,94

48,68

204

248

332

84

 

 

 

 

 



08/01/2016
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 725 autres membres