. . . . OVIPAL - OBSERVATOIRE DE LA VIE POLITIQUE EN ALSACE . . . .

.       .   . . OVIPAL - OBSERVATOIRE DE LA VIE POLITIQUE EN ALSACE . . . .

Comment doit-on analyser la manifestation du samedi 11 octobre à Strasbourg contre la réforme territoriale ?

Il faut être clair, selon nos informations celle-ci est bien organisée, à tous les niveaux, directement par les services du conseil régional, sous la houlette de son président, Philippe Richert.

(suite)

Au delà de la décision prise par la Région de faciliter l’accès de la Ville aux manifestants de l’extérieur en subventionnant des billets de train à 5 euros aller et retour, la gestion, par exemple, de la présence des médias sur place (badges pour les journalistes, emplacements pour les équipes techniques de la télévision), ou encore le fléchage des accès et des parkings, est prise en charge directement par le cabinet du président de région et plus précisément par la personne qui s’y occupe de la presse et de la communication. La mise en avant d’organisations ou de groupes « écran » ne change donc rien à la réalité.

Le caractère politique de cette manifestation est indéniable et ses promoteurs s’honoreraient à le reconnaître au lieu de se contorsionner dans les médias pour faire croire que c’est la société civile qui en est à l’origine.

Cette entreprise politique est tout aussi clairement une manifestation de droite, auquel se sont joints quelques centristes et quelques autonomistes proche de l’extrême droite. Le Front National, comme la gauche, se sont clairement démarqués de cette initiative.

Cette configuration ruine toute prétention de cadrer l’événement, quelque soit son succès ou son échec, comme une réaction de l’ « Alsace unie » ou « des alsaciens » contre la réforme « parisienne ». Il y a eu dans le passé, par exemple au moment du procès de Bordeaux, suite aux massacres d’Oradour, des manifestations de l’unité alsacienne, mais cette fois-ci, l’Alsace est divisée et, du point de vue strictement électoral de ce que représentent les élus impliqués samedi, c’est une minorité qui s’exprimera dans la rue.

 

 

vendredi 10 octobre 2014

Philippe Breton

Ovipal 



10/10/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 763 autres membres