. . . . OVIPAL - OBSERVATOIRE DE LA VIE POLITIQUE EN ALSACE . . . .

.       .   . . OVIPAL - OBSERVATOIRE DE LA VIE POLITIQUE EN ALSACE . . . .

Ensemble Grand-Est et comportement électoral : l’Alsace se distingue

Après le projet de fusion Alsace-Lorraine, voici venu le temps du projet Alsace-Lorraine-Champagnes-Ardennes. Dans cet ensemble disparate, les deux départements alsaciens se distinguent de l’ensemble des autres départements en matière de comportement électoral.

 

 

            C’est vrai en ce qui concerne le niveau du vote à gauche. La faiblesse du vote à gauche alsacien est une constante depuis 1945. On la retrouve à chaque élection. C’est en Alsace que François Mitterrand en 1981 et François Hollande en 2012 eurent les résultats les plus faibles.

 

Votes Mitterrand et Hollande aux seconds tours des présidentielles respectivement en 1981 et 2012. (En pourcentage des suffrages exprimés)

 

 

Bas-Rhin

Haut-Rhin

 

Moselle

M et Moselle

Vosges

Meuse

 

Aube

Marne

Hte Marne

Ardennes

P 1981

35

40

 

49

54

50

49

 

64

50

52

56

P 2012

37

37

 

46

53

49

46

 

43

45

45

52

 

            Le particularisme électoral alsacien se manifeste également lors des référenda sur l’Europe. Le Oui atteint un niveau nettement plus élevé dans les départements alsaciens que dans les autres départements. Ce fut le cas en 1992 avec le référendum sur la monnaie unique et en 2005 lors du référendum sur le projet de Constitution européenne.

 

Vote Oui aux référenda de 1992 et de 2005

(En pourcentage des suffrages exprimés)

 

 

Bas-Rhin

Haut-Rhin

 

Moselle

M et Moselle

Vosges

Meuse

 

Aube

Marne

Hte Marne

Ardennes

1992

69

61

 

57

55

48

53

 

44

51

48

49

2005

56

50

 

45

43

41

41

 

43

46

42

37

 

 

            Pour l’instant, faiblesse du vote alsacien à gauche oblige, existe un décalage entre la couleur politique des présidents des Conseils régionaux des régions Lorraine et Champagne-Ardennes – socialiste – et celle du président du Conseil régional d’Alsace – UMP. Il est cependant peu probable que ce décalage perdure, du moins si on se base sur les résultats électoraux les plus récents, en l’occurrence ceux des européennes de mai 2014.

 

Votes FN, UMP et socialistes aux européennes de 2014

(En pourcentage des suffrages exprimés)

 

 

Bas-Rhin

Haut-Rhin

 

Moselle

M et Moselle

Vosges

Meuse

 

Aube

Marne

Hte Marne

Ardennes

FN

25

30

 

31

28

32

34

 

32

29

33

34

UMP

25

23

 

19

19

22

22

 

25

26

25

23

Socialiste

13

9

 

13

16

13

13

 

11

12

11

13

 

            La totalité des 10 départements ont enregistré une envolée du vote FN et un effondrement du vote socialiste. Le vote socialiste du Bas-Rhin (13%) semble élevé, comparativement au vote socialiste dans les autres départements. Il s’agit en fait d’un vote strasbourgeois et il correspond probablement à un effet « Catherine Trautmann ».

 

            Quoi qu’il en soit, pour les prochaines régionales, et ceci quels que soient le périmètre des nouvelles régions et le mode de scrutin en vigueur, le clivage principal en terme électoral opposera l’UMP au FN.

 

 

 

Bernard Schwengler

 OVIPAL

 

version du 11 septembre 2014



11/09/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 763 autres membres