. . . . OVIPAL - OBSERVATOIRE DE LA VIE POLITIQUE EN ALSACE . . . .

.       .   . . OVIPAL - OBSERVATOIRE DE LA VIE POLITIQUE EN ALSACE . . . .

Laïcité. Les Français ont su Raison garder !

 

L'édition des Dernières Nouvelles d'Alsace du samedi 06 décembre dernier ont  fait paraître un point sur les "Crèches de Noël dans l’espace public" intitulé : « Les Français sont-ils devenus fous ? ».  Dans ce point de vue, l'auteur Jean Paillot, avocat au barreau de Strasbourg et expert  au Conseil de l’Europe concluait : "La France doit assumer son histoire et ses racines chrétiennes. Celles-ci l’ont façonnée et constituent un élément de sa culture. Ce n’est pas manquer à la neutralité dans la sphère publique que de s’en souvenir. »  L'un des membres de l'OVIPAL, Pascal POLITANSKI  avec un point de vue contradictoire sous forme d'une analyse détaillée de plusieurs articles de la Loi du 09 décembre 1905.

 

-------------- 

 

Les Français ont su se rassembler pour traverser plusieurs conflits mondiaux. Ils ont aussi pu s’unir pour faire de « belles choses » : mettre en place des services publics –aujourd’hui malmenés- dans lesquels ils continuent à avoir confiance, comme l’école, la justice, la santé, la police … Parce qu’ils ont appris que seule la recherche de l’entente entre les hommes est ce qui garantit les projets de la vie et ce qui autorise la liberté.

 

UN PRINCIPE VITAL du « Vivre-Ensemble ». La laïcité est un principe qui nous a permis d’éviter bien des déchirements au sein de notre société. C’est la raison qui fonde l’identité de notre nation. Si nous sommes exemplaires (radicaux diront certains) en ce qui concerne la laïcité, c’est que notre pays a payé un lourd tribut à l’intolérance. Souvenons-nous de la Saint-Barthélemy. Aujourd’hui, le vide idéologique suscite angoisse et désarroi et réveille les vieux démons. Si quelques poignées des jeunes Français (parfois ‘‘convertis’’ et sans aucune tradition musulmane) partent faire la « guerre sainte » au nom de soi-disantes références religieuses proférées par des ‘‘prédicateurs’’, davantage experts en crime qu’en religion, c’est parce qu’ils sont déboussolés et surtout sans avenir. Les défis qui méritent d’être relevés pour notre société ne manquent pas. Rappelons alors que la laïcité républicaine est là pour nous y aider.

 

UN PRINCIPE JURIDIQUE LIBERAL. En effet, la laïcité est avant tout un principe, une garantie qui permet de prendre garde aux dérives qui peuvent apparaître dans l’espace public. Son inspiration est libérale : la liberté de conscience est la condition de toutes les libertés, aussi bien de la liberté de religion que de la liberté de pensée, de la liberté de croire ou celle de ne pas croire, d'affirmer sa foi ou de ne jurer que par la raison (article 1er de la loi du 09 décembre 1905). Ensuite cette loi est libérale également car l'État s'engage à respecter l'organisation propre des Églises (article 4). Son respect aujourd’hui conditionne la place de chaque individu et de chaque communauté quelle qu’elle soit ; tous ceux qui ont été ou se sentent rejetés devraient fort bien comprendre l’importance de ce lien entre préservation des libertés et le maintien de l’ordre public, notamment dans l’espace public. Nous avons tous à y gagner.

 

UN PRINCIPE DE NEUTRALITE = RESPECT + TOLERANCE.

Ce principe nous a permis -et nous permet aujourd'hui plus que jamais- de ne pas prendre des individus ou des communautés en otage. L’Article 28 de la loi du 09 décembre 1905 précise :

« Il est interdit, à l'avenir, d'élever ou d'apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l'exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les cimetières, des monuments funéraires, ainsi que des musées ou expositions ». On ne peut être plus clair et plus respectueux des croyances et des consciences de chacun et de tous. Soyons à la hauteur de cette promesse pour notre avenir. L’installation de quelques crèches dans des espaces publics n’est ni légale, ni respectueuse du droit et des gens.

Personne n’oublie les traditions de notre grand pays qu’est la France Les Français ne sont ni innocents, ni naïfs. Si les débats dans notre pays sont souvent conflictuels, le « Vivre-Ensemble » s’y est progressivement installé et s’est renforcé quoi qu’on en dise. Nous en sommes les bénéficiaires et, bien plus même, les héritiers, car nous devons en permanence veiller sur lui en ces temps difficiles. Nous en sommes également les dépositaires pour nos enfants et nos petits-enfants.

 

Version du 12 janvier 2015

 

Pascal Politanski, diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques est Maître de conférences à l'Université de Strasbourg et vice-président de la Ligue de l’Enseignement du Bas-Rhin.

 



12/01/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 763 autres membres