. . . . OVIPAL - OBSERVATOIRE DE LA VIE POLITIQUE EN ALSACE . . . .

.       .   . . OVIPAL - OBSERVATOIRE DE LA VIE POLITIQUE EN ALSACE . . . .

Les listes en présence à Schiltigheim : quelques reflets de la décomposition-recomposition politique

A ce jour, 6 listes sont se sont déclarées : « Pour Schilick Continuons » (Jean-Marie Kutner), « Schilick Pour Tous » (Christian Ball), « Vivre Schilick » (Danielle Dambach), « Schilick l’insoumise » (Marc Baader) et « Nouveau cap pour Schilick » (Nathalie Jampoc-Bertrand). Le nom de la sixième liste présent tout juste présentée le 23 mars dernier n’est pas encore connu, mais il s’agit d’une liste ‘‘Lutte ouvrière’’ conduite par Annelyse Jacquel qui indique dans son communiqué être présente pour « que se fasse entendre, dans les élections, le camp des travailleurs » ;

 

LREM avait décider de ne présenter, ni ne soutenir aucune liste à ces prochaines élections municipales partielles ; cependant l’association ‘‘Schilick Demain’’ était créée en septembre 2014 par des anciens de la liste R. Nisand afin de préparer les élections pour LREM se posait encore le 14 mars dernier la question de déposer une liste (voir DNA). Le tiraillement des membres de LREM pose, à l’échelle locale, la question de la décomposition-recomposition des partis politiques en France comme en Europe. Le modèle du leader fort et celui des partis centralisés traditionnels ne fonctionnent plus. En face, les rassemblements à travers des collectifs ou des plate-formes politiques n’échappent pas, pour certains d’entre-eux, à une logique du leadership.

 

L’équipe portée par Nathalie JAMPOC-BERTRAND du PS est également soumise à ces nouvelles exigences de la recomposition politique ; le PS avait éclaté à l’échelle locale puisque l’ancien Maire PS a quitté le navire pour rejoindre LREM. Nathalie JAMPOC-BERTRAND, avec conviction, a préféré agir pour mettre en oeuvre une démarche de construction participative pour le programme municipal. Cependant les effets de la politique traditionnelle se retrouvent par le simple fait qu’elle n’a pu se passer d’une alliance avec le PC.

 

Les Verts quant à eux cherchent faire vivre leur projet écologique en cherchant à montrer qu’ils ne tomberont pas dans les mailles du filet de la politique traditionnelle, mailles dans lesquels ils se sont déjà faits prendre. Ils partent seuls en campagne refusant la main tendue de leurs anciens partenaires du PS.

 

L’absence de liste Front National signale la difficulté de cette organisation à développer un réseau de militants et de cadres à l’échelle locale.

 

Quant au parti régionaliste d’Unser Land, sa présidente a choisi de se rallier à la liste LR « Schilick Pour Tous » (Christian Ball) et de ne pas faire de liste ; en apportant sa caution écologiste et autonomiste à la liste « Les Républicains » elle tend à positionner « Unser Land » à droite de l’échiquier politique traditionnel.

 

Pascal Politanski, chroniqueur à l’Ovipal

31 mars 2018

 

 

 

 

 



02/04/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 792 autres membres