. . . . OVIPAL - OBSERVATOIRE DE LA VIE POLITIQUE EN ALSACE . . . .

.       .   . . OVIPAL - OBSERVATOIRE DE LA VIE POLITIQUE EN ALSACE . . . .

Manifestation « Rot un Wiss » ou « Bleu Blanc Rouge »

   Plusieurs milliers de personnes ont afflué à Strasbourg place de Bordeaux le samedi 11 octobre à partir de 14 heures 30 pour manifester leur opposition à la dissolution de l’Alsace dans une méga-région Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes. 7000 selon la police, plus de 10 000 selon les organisateurs.

            Le grand nombre de drapeaux Rot un Wiss ainsi que le nombre élevé de personnes qui avaient teint leurs joues aux couleurs Rot un Wiss donnait à cette manifestation une coloration à la fois bon enfant et régionaliste (à ne pas assimiler avec l’extrême-droite). Alsace d’Abord était certes présent en la personne de son président Jacques Cordonnier mais ses membres étaient relativement peu nombreux. Andrée Munchenbach, ancienne conseillère générale de Schiltigheim et présidente du mouvement autonomiste Unser Land distribuait des prospectus d’information sur son parti. On pouvait distinguer des banderoles de l’APEPA (association de parents d’élèves) et d’ABCM-Zweisprachigkeit (les classes bilingues).

            Il y avait par ailleurs de nombreux maires avec leurs écharpes tricolores. Sur l’estrade, après la musique assourdissante de Kansas of Elsass, ce sont les présidents des chambres consulaires, Bernard Stalter, Jean-Paul Bastian, Jean-Pierre Hoerlé et des élus, tous UMP, Jean Rottner, maire de Mulhouse, Eric Strauman, député du Haut-Rhin, Elsa Schalck, conseillère régionale et Philippe Richert, président du Conseil régional, qui se sont relayés au micro et ont tenu leurs discours. D’autres élus étaient présents sur l’estrade, Fabienne Keller, Guy-Dominique Kennel, André Reichardt, Justin Vogel et François Loos (UDI) mais n’ont pas pris la parole.

            Et il y avait des élus Verts. Les Verts n’avaient certes pas appelé à participer à cette manifestation et ils n’ont d’ailleurs pas pris position contre la fusion avec la Lorraine. Mais Henri Stoll, maire de Kaysersberg, était présent, ainsi qu’Andrée Buchmann, dans la foule, de façon discrète.

            A la fin des discours, les organisateurs ont procédé à un lâcher de ballons de couleur Bleu, Blanc, Rouge. Et Philippe Richert, après avoir évoqué la mobilisation de 1924 contre l’abrogation du Droit local et celle de 1953 contre le verdict du tribunal de Bordeaux au sujet du massacre d’Oradour sur Glane, a invité la foule à entonner la Marseillaise. Il a été suivi par les personnes en écharpes tricolores et par une partie des manifestants, l’autre partie préférant s’abstenir. Pendant ce temps, de l’autre côté de la place, deux fumigènes Rot un Wiss avaient été allumés.

            A 16 heures la manifestation a pris fin et la foule a commencé à se disperser.

 

12 octobre 2014

 Bernard Schwengler



12/10/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 762 autres membres