. . . . OVIPAL - OBSERVATOIRE DE LA VIE POLITIQUE EN ALSACE . . . .

.       .   . . OVIPAL - OBSERVATOIRE DE LA VIE POLITIQUE EN ALSACE . . . .

Strasbourg : l'Etat d'urgence est doublement nécessaire

Que penser de l’Etat d’urgence ? Et qu’en penser, question subsidiaire mais non négligeable, vu de Strasbourg ? A mon sens l’Etat d’urgence y est doublement nécessaire. Bien sûr, en démocratie, l’Etat d’urgence n’est jamais souhaitable. Les mesures qu’il permet sont clairement antagonistes avec les principes fondamentaux de ce régime politique. La restriction des libertés et la diminution du contrôle judiciaire sur la police administrative, notamment, touchent de plein fouet le cœur même du lien social démocratique.

 

Très bien. Mais, d’un autre côté, notre pays est clairement attaqué par les armes, en grande partie à cause de la menace que représente notre modernité démocratique aux yeux de ceux qui souhaitent un régime où morale, religion, politique et mœurs fusionneraient à nouveau dans une société totalisante. Nous sommes donc contraints à nous défendre et cela prend l’aspect d’une sorte de guerre, intérieure et extérieure. Or la guerre est toujours une suspension, la plus limitée possible mais inévitable, des règles démocratiques. C’est ainsi. Et c’est le cas depuis l’Athènes antique, qui lutta en permanence contre les restrictions de la démocratie auxquelles les guerres permanentes la contraignaient.

 

Le problème est dans notre immense goût du confort et de la béatitude hédoniste. En résumé, nous voulons le beurre et l’argent du beurre, conduire une guerre pour nous protéger, bien sûr, mais sans en subir les effets au quotidien, évidemment. Toute la liberté et toute la sécurité. Revenir vite « comme avant ».

 

Le problème est que cela ne marche pas bien. Nous devons accepter, à cette période de notre histoire, qu’un peu moins de liberté soit nécessaire pour compenser la perte vertigineuse de notre sécurité.

 

Cette question se pose avec encore plus d’acuité à Strasbourg. Pas d’affolement, mais il faut être lucide : la menace terroriste y est très forte et, sans vouloir jouer les Cassandre, imminente. Plusieurs raisons convergent : de nombreux jeunes musulmans des banlieues de Strasbourg sont partis et revenus de Syrie, la mouvance radicale est très active dans la région, les terroristes infiltrés parmi les migrants sont de l’autre côté de la frontière, pas très loin, la ville est porteuse d’une concentration de symboles forts, chrétiens, avec la cathédrale, juifs avec sa communauté nombreuse et visible, politique avec son parlement européen en forme de cible idéale, sexuels avec sa Saint-Valentin un peu voyante. Strasbourg, capitale de Noël, de l’Amour, de l’Europe, cela fait beaucoup de lumières pour ceux d’en face qui voudraient s’y brûler les ailes.

 

Alors, Etat d’urgence ?

 

Philippe Breton

Ovipal

Version du 28 janvier 2016



28/01/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 762 autres membres