. . . . OVIPAL - OBSERVATOIRE DE LA VIE POLITIQUE EN ALSACE . . . .

.       .   . . OVIPAL - OBSERVATOIRE DE LA VIE POLITIQUE EN ALSACE . . . .

Européennes de 2019 : la fin du particularisme électoral alsacien ?

 

 Au niveau national, les résultats des européennes de 2019 constituent la réplique du séisme électoral de 2017. Ils confirment l’écrasement du clivage traditionnel droite-gauche, qui était basé sur l’opposition entre le RPR-UMP et le PS au profit d’un nouveau clivage opposant La république en marche (LRM) au Rassemblement national (RN).

 

Et l’écrasement du clivage droite-gauche se traduit en Alsace par la fin du particularisme électoral alsacien, qui depuis 1945 se caractérisait par un vote à gauche plus faible que dans la France dans son ensemble (et par conséquent par un vote davantage orienté vers la droite, le centre et l’extrême-droite).

 

La faiblesse du vote à gauche

 

Cette faiblesse du vote à gauche en Alsace était systématique et se produisait à chaque élection. Le tableau suivant montre les écarts entre le vote alsacien et le vote moyen national pour les présidentielles de 1965 à 2012.

 

Présidentielles de 1965 à 2012 (second tour)

(Résultats en % des suffrages exprimés)

 

Année

  Candidat

Alsace

France

Ecart

 

Année

Candidat

Alsace

France

Ecart

1965

Mitterrand

23

45

-22

 

1995

Jospin

42

47

  -5

1974

Mitterrand

33

49

-16

 

2007

Royal

34

47

-13

1981

Mitterrand

37

52

-15

 

2012

Hollande

37

52

-15

1988

Mitterrand

49

53

  -4

 

 

 

 

 

 

 

Après s’être réduits en 1988 et 1995 (avec Jacques Chirac comme candidat unique de la droite au second tour), les écarts entre le vote alsacien et le vote moyen national retrouvèrent à partir de 2007 (avec Nicolas Sarkozy) leur niveau des années 1970.

 

Ces écarts concernaient tous les types de scrutin, les législatives, les européennes (cf. pour les européennes de 2014 l’article de l’OVIPAL : Européennes de 2019. Que restera-t-il du vote alsacien ?), les cantonales et les régionales. On se souvient à cet égard des résultats des régionales de 2004 et de 2010 matérialisés par une France entièrement en rose à l’exception d’une petite bande bleue en haut à droite correspondant à l’Alsace.

 

Certes, il existe des écarts entre les scores nationaux et les scores régionaux pour l’ensemble des régions de France. Mais ce qui caractérisait le particularisme électoral alsacien était l’ampleur des écarts.

 

La présidentielle de 2017 : élection de transition

 

A la présidentielle de 2017, qui constitua le premier acte de l’effondrement du clivage droite-gauche, l’écart entre le vote alsacien et le vote moyen national se réduisit fortement par rapport à ce qu’il était aux présidentielles précédentes. Mais il ne disparut pas entièrement. Et Emmanuel Macron, en dépit de son refus affiché du clivage droite-gauche et de son évolution vers un libéralisme de plus en plus affirmé, se trouvait, en ce qui concerne l’orientation de l’écart de vote Alsace-France, du même côté que Benoit Hamon et Jean-Luc Mélenchon, (avec un écart négatif), au premier ainsi qu’au second tour, alors qu’à l’inverse Marine Le Pen bénéficiait d’un surplus de vote alsacien par rapport à son score national.

 

Présidentielle de 2017

(En pourcentage des suffrages exprimés)

 

1e tour

Alsace

France

Ecart

Fillon

22

20

2

Le Pen

26

21

5

Dupond Aignan

  7

  5

2

Macron

21

24

-3

Hamon

  5

  6

-1

Mélenchon

15

20

-5

 

 

 

 

2e tour

Alsace

France

Ecart

Le Pen

39

34

5

Macron

61

66

-5

 

Ce déficit de vote alsacien pour Emmanuel Macron était en concordance avec le fait qu’il était entré en politique par la porte de gauche : ancien ministre de François Hollande ayant bénéficié dans un premier temps principalement du vote d’anciens électeurs socialistes.

 

Les européennes de 2019

 

Il en va de façon différente aux européennes de 2019. Les écarts entre le vote alsacien et le vote dans la France dans son ensemble ont disparu en ce qui concerne les deux pôles du clivage principal, constitués par la LRM et le RN. Le score de LRM est aussi élevé en Alsace qu’au niveau national. Et le surplus de vote alsacien pour le Front national (aujourd’hui le RN), qui avait été considérable aux premiers tours des présidentielles de 1988 et 1995, qui par la suite s’était réduit tout en restant consistant (5 points à la présidentielle de 2017) a pris fin.

 

Européennes de 2019

(Résultats en % des suffrages exprimés)

 

 

Alsace

France

Ecart

RN

23,9

23,3

0,6

LRM

23

22,4

0,6

LR

  9,1

  8,5

1,4

DLF

  4,9

  3,5

1,4

EELV

14,8

13,5

1,3

LFI

  4,2

  6,3

-2,1

PS-Place publique

  4,7

  6,2

-1,5

 

Clivages politiques et géographie électorale

 

Cette relation entre modification des clivages politiques et évolution de la géographie électorale a été maintes fois constatée au cours de l’histoire. Au milieu du XIX° siècle, sur la base des élections, certes pas très nombreuses, qui furent organisées (par exemple le plébiscite de Napoléon III de 1870), les deux départements alsaciens apparaissaient plutôt comme des départements de gauche, à une époque où le clivage droite-gauche portait sur la nature du régime politique (royalistes ou bonapartistes contre républicains).

 

Après les nombreux bouleversements qui se sont succédés de 1870 à 1945, le vote alsacien apparaissait, au lendemain de la seconde guerre mondiale, comme un vote de droite (ou du centre), avec un clivage droite gauche portant sur des questions économiques et sociales, mais également sur des questions spécifiquement régionales comme par exemple le concordat, et une gauche représentée par les socialistes (ex SFIO) et les communistes. A l’inverse, les écologistes, également plutôt orientés à gauche, mais dont l’émergence électorale dataient des années 1980 et dont l’image n’était pas liée aux prises de position de l’entre-deux-guerres ou des années 1950, bénéficiaient d’un surplus de vote alsacien.

 

L’effondrement du système partisan qui vient de se produire a pour effet de rebattre les cartes. A cet égard, les présidentielles de 2017 et les européennes de 2019, constituent pour le particularisme électoral alsacien la fin d’une époque.

 

Bernard Schwengler

ovipal

1e juin 2019  

 



01/06/2019
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 810 autres membres