. . . . OVIPAL - OBSERVATOIRE DE LA VIE POLITIQUE EN ALSACE . . . .

.       .   . . OVIPAL - OBSERVATOIRE DE LA VIE POLITIQUE EN ALSACE . . . .

Le retour du couteau en Occident

Jusqu'à il y a encore 5 ans, le port et l'usage du couteau avait pratiquement disparu en Europe occidentale. Les agressions au couteau sont aujourd'hui de plus en plus nombreuses et elles font de plus en plus de victimes.

 

L'actualité est remplie d'agressions commises à l'aide d'un couteau : attaque d'une fête de village où les agresseurs laisseront derrière eux un mort et plusieurs blessés, attentats où un terroriste islamiste poignarde plusieurs personnes, viols commis sous la menace d'une arme blanche, supporter du FC Nantes qui été tué par le couteau d'un chauffeur de VTC, la liste est hélas très longue.

 

Le couteau est une arme terrifiante, il laisse des blessures profondes, perforantes, et souvent invalidantes pour ceux qui survivent. On peut facilement tuer quelqu'un en le frappant dans des zones vitales. Il sert aussi à une forme d'assassinat, l'égorgement, qui laisse peu de chance à la victime, comme cela a été le cas pour le professeur Samuel Paty, le professeur Dominique Bernard, ou le père Amel, en pleine messe, victimes eux aussi des islamistes.

 

L'usage du couteau, pour menacer, agresser, et éventuellement tuer, avait pourtant, jusqu'à ces dernières années, considérablement régressé, sinon pratiquement disparu, dans nos sociétés occidentales.

 

Une pratique répandue dans le passé en Occident

 

En fait le couteau est apparu très tôt dans l'histoire de l'espèce humaine. Le premier outil de silex a servi aussi bien à la chasse ou à des tâches domestiques qu'à tuer d'autres hommes. Longtemps, dans de nombreuses sociétés, les hommes portaient tous un couteau sur eux. Le climat social était, il faut le dire, très différent. Les agressions étaient fréquentes et les différents se réglaient souvent dans le sang. On était très sensible sur les questions d'honneur et de réputation. Un regard mal interprété suffisait à ce que l'on tire le couteau de son étui.

 

Ce qu'on appelle le « processus de pacification des moeurs », terme créé par le sociologue allemand Norbert Elias, a permis, lentement mais sûrement, à partir du XIIIème siècle, en Europe occidentale, de limiter le recours à la violence dans les conflits. Le port d'arme, notamment des couteaux de toutes les tailles que chacun portait à la ceinture, a été progressivement limité, puis interdit. Cela n'a pas été sans mal et il a fallu beaucoup développer la civilité, la politesse, pour que chacun accepte de se désarmer.

 

On ne sort plus le couteau, on discute et, surtout, on réprime ses pulsions violentes. Le phénomène n'est pas propre à l'Occident, puisque le Japon, par exemple, renonce à la violence en instaurant des formes de civilité originales (et parfois difficilement compréhensible pour nous...). En Chine on supprime l'usage du couteau à table pour éviter aux conflits de déboucher sur une violence irrépressible, d'où l'apparition des baguettes. Mais ce n'est pas le cas de tous les pays, où la vengeance au couteau reste une norme acceptable.

 

Depuis les apaches, plus de couteaux

 

En France, les derniers à revendiquer de jouer du couteau ont été les apaches, ces voyous parisiens de sinistre réputation de la Belle époque, qui arpentaient les barrières de Paris, avant qu'elles soient remplacées par le périphérique (comme quoi la voiture peut avoir, n'en déplaise aux écologistes, un rôle pacificateur...).

 

En fait, il y a eu une criminalisation du port de couteau, et la police, comme la justice, sont devenus très fermes sur cette question. En avoir dans sa poche, même un opinel, dans l'espace public, peut conduire à la prison. Je me souviens, il y a 20 ans, un collègue universitaire, fouillé par hasard dans le métro parisien par la police, avait un petit opinel sur lui. Comme il revendiquait, de façon grincheuse, le droit de porter cette lame, le juge l'a condamné, alors même qu'il n'avait aucune intention agressive.

 

 

Le couteau et l'échec de l'intégration

 

 

Jusqu'à il y a encore 5 ans, le port et l'usage du couteau avait, du fait de cette ferme répression, pratiquement disparu en Europe. On l'a vu revenir en Angleterre, où, il y a quelques années, une véritable épidémie d'agressions et de bagarres au couteau, a tout fait basculé. Le phénomène n'est pas sans rapport avec l'immigration.

 

L'épidémie a gagné la France il y a très peu de temps, en lien aussi avec des déplacements de population en provenance de pays où les mœurs sont beaucoup plus tolérantes vis à vis du couteau comme arme du quotidien. Tous les immigrés ne sont pas concernés, notamment ceux qui, justement, viennent chercher en Occident des moeurs plus pacifiées, mais l'échec de l'intégration est aussi corollaire de l'importation et du retour de modes de vie avec lesquels l'Occident avait fait rupture.

 

A cela il faut ajouter que l'islamisme radical, devenu récurrent dans nos sociétés, a fait de l'égorgement un acte terroriste particulièrement spectaculaire. Le retour du couteau est le symbole tragique du formidable retour en arrière auquel nous assistons. L'effort de plusieurs siècles pour pacifier la société est en train, si nous n'y prenons pas garde, de s'effondrer sous nos yeux. Le retour de la civilité devient une urgence nationale.

 

Philippe Breton

ovipal

31 décembre 2023

 



31/12/2023
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 893 autres membres