. . . . OVIPAL - OBSERVATOIRE DE LA VIE POLITIQUE EN ALSACE . . . .

.       .   . . OVIPAL - OBSERVATOIRE DE LA VIE POLITIQUE EN ALSACE . . . .

" Les énormes fractures territoriales internes au Grand Est s’élargissent avec la création de la Communauté Européenne d’Alsace " Entretien avec Patrick Tassin, ancien Président du CESER du Grand Est)

 

« Dossier Grand-Est »

" Les énormes fractures territoriales internes au Grand Est s’élargissent avec la création de la Communauté Européenne d’Alsace "  (Patrick Tassin, ancien Président du CESER du Grand Est)

_________________________________________________________________________

Déjà interrogé en mars 2018 par l’Ovipal*, nous sommes revenus vers Patrick Tassin, désormais ancien Président du CESER du Grand Est (Président élu en 2016 et réélu en 2018) qui a décidé de quitter cette institution en janvier dernier. L’occasion, à l’issue de ses 2 mandats riches d’expériences, de revenir avec lui sur la place de l’Alsace au sein de la Région Grand-Est.

 

Plusieurs thèmes émergent de l’analyse politique de cette expérience régionale menée à l’échelle du Grand Est :

« Histoire de l’Alsace et de la Moselle des territoires avec des traces dans les subconsciences… », « Compétences limitées de l’institution régionale… », « Sentiment d’appartenance à un territoire (…) départemental, plutôt infra départemental… », « Exacerbation de la défiance des citoyens… » autant de thèmes qui sont traités au cours de cet entretien et qui nous permettent de mieux comprendre ce qu’est ou pourrait être politiquement une région.

 

Pascal POLITANSKI

OVIPAL

Le 25/06/2021

_________________________________________________________________________

3 questions à Patrick Tassin,

Ancien Président du CESER

(Conseil Économique, Social et Environnemental Régional Grand Est)**

 

Ovipal : Parmi les déceptions rencontrées en dressant votre bilan à la tête du CESER du Grand-Est, figure l’Alsace. Le gouvernement a autorisé et permis le 1er janvier 2021, la création par la Loi de la CEA (Collectivité Européenne d’Alsace). Vous expliquez que cette nouvelle institution « va amplifier les tensions déjà existantes avec la Région Grand-Est » et que c’est une « atteinte à l’égalité des territoires »***. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

 

Patrick Tassin : La création, en 2015, de cette nouvelle région devenue Grand Est avait posé plus de questions qu’elle n’avait apporté de réponses chez nombre de citoyens et d’organisations de la société civile. Cela dit, cette région a été imposée et il a bien fallu lui donner de la consistance. Cela a engendré un coût social et financier énorme : pendant au moins 3 ans (de 2015 à 2017), la Région a seulement géré les « affaires courantes » pour pouvoir s’organiser.

 

« Les Régions qui n’ont pas fusionné ont continué leur développement… »

Pendant ce temps, les Régions qui n’ont pas fusionné ont continué leur développement, creusant encore les inégalités entre territoires. Aujourd’hui, cette organisation du Grand Est n’est pas terminée, alors que les près de 7500 salariés de la Région ont déjà beaucoup souffert. Et ce sont sans aucun doute les départements les plus en difficultés, du côté de la Champagne-Ardenne et de la Lorraine, qui ont le plus pâti de cette période transitoire.

 

Mais, alors qu’on voit seulement le bout de cette transition compliquée, la Communauté Européenne d’Alsace s’est mise en place avec l’assentiment de l’exécutif régional. La CEA est une fusion, non pas des deux départements alsaciens, mais des deux Conseils départementaux qui n’en font plus qu’un. Déjà économiquement bien plus puissants que les autres départements de la région, la CEA s’est vu attribuer des compétences supplémentaires, notamment de la part de l’Etat (autoroutes, transfrontaliers, tourisme…).

 

« l’Alsace redevient un poids lourd… »

Ainsi, l’Alsace redevient un poids lourd, même si, pour l’instant, elle reste dans le Grand Est, dont elle prend, si ce n’est des compétences (encore que cela reste à vérifier dans le domaine du tourisme notamment) elle en fracture une des caractéristiques forte : le transfrontalier qui faisait gérer, par la Région, 760 km de frontières avec 4 pays parfois économiquement et socialement prestigieux (La Suisse, l’Allemagne, le Luxembourg et la Belgique wallone).

 

Alors oui, les énormes fractures territoriales internes au Grand Est s’élargissent avec la création de la CEA, en créant d’autant plus de tensions que nombre d’alsaciens se trouvent ainsi renforcés dans l’idée qu’il s’agit-là d’un premier pas pour quitter rapidement le Grand Est. Du coup, la Région risque bien d’avoir du mal à envisager un développement sur le moyen terme en se demandant si son périmètre ne va pas encore changer rapidement..

 

Ovipal : Avec la mise en place du « Conseil de Développement d’Alsace » au sein de la CEA, apparaît un Conseil qui est l’équivalent d’un CESER avec des structures et des missions similaires … mais exclusivement au service de la nouvelle Collectivité alsacienne.

Pensez-vous que cela soit une première étape qui, par l’attribution de leviers politiques supplémentaires donnés ultérieurement à l’Alsace, viserait à reconstruire à court ou moyen terme une Région Alsace à part entière ?

 

Patrick Tassin : Oui, de manière très étrange, la loi créant la CEA a prévu la possibilité de créer un Conseil de développement qui va beaucoup ressembler à l’ancien CESER d’Alsace. C’est étrange parce que, si les Conseils départementaux n’ont généralement pas créé de telles instances en dehors de quelques expériences du type Conseil départemental de la jeunesse, rien ne les empêche de le faire sans qu’il y ait besoin d’une loi pour ce faire.

 

« Les intercommunalités de plus de 50 000 habitants (…) loin d’être respecté(es)… »

Et puis, une autre loi impose que des Conseils de développement devraient exister dans les intercommunalités de plus de 50 000 habitants, ce qui est loin d’être respecté sans que cela n’émeuve beaucoup le législateur. Cette situation renforce le questionnement sur cette volonté de créer une telle structure dans un territoire particulier alors qu’ils n’existent pas partout où ils le devraient.

 

Enfin, le CESER du Grand Est et la Conférence régionale des Conseils de développement travaillent ensemble pour créer une chambre d’écho régionale de la parole citoyenne. Mais il n’est pas envisagé (voire envisageable) que le Conseil de développement de la CEA travaille avec le CESER.

Ovipal : On constate sociologiquement que le sentiment d’appartenance territoriale existe partout dans le Grand-Est, souvent même à des échelles bien plus réduites que celles des anciennes régions.

Par ailleurs, si les identités territoriales dans nos sociétés modernes sont extensives et se définissent par des sources multiples, ne peut-on pas dire que le cas de l’Alsace est plus spécifique. La recherche historiographique montre que l’écriture de l’histoire de l’Alsace s’imbrique étroitement à l’affirmation identitaire de cette région dès le XVIIIe siècle, les historiens se décidant à écrire d’abord une histoire régionale, et non plus seulement patriotique****.

 

Ovipal : Cette évolution institutionnelle avec la « Collectivité Européenne d’Alsace » ne vient-elle pas nous dire que l’affirmation identitaire « historique » reste dominante en Alsace plus qu’ailleurs dans les autres régions du Grand-Est ?

 

Patrick Tassin : Le sentiment d’appartenance à un territoire est d’autant plus fort que le territoire est petit. Le véritable sentiment d’appartenance à un territoire est au mieux départemental, plutôt infra départemental, et c’est aussi vrai pour l’Alsace que pour les Ardennes ou les Vosges par exemple. Il n’est donc pas étonnant que les anciennes régions qui comptaient, pour certaines, quatre à une dizaine de départements, ont pris beaucoup de temps à construire, cahin-caha, un sentiment d’appartenance régional. Pour le Grand Est, cela va prendre encore beaucoup de temps, même si la crise sanitaire actuelle a été un léger accélérateur dans ce domaine.

 

« Les « chefs » des exécutifs régionaux (…) contribuent à faire croire qu’ils disposent d’un pouvoir qu’ils n’ont pas »

Cela dit, personne ne saurait nier que la réalité de l’Alsace, probablement aussi de la Moselle, est bien plus exacerbée dans ce domaine. Il y a plusieurs raisons à cela, qui tiennent, par exemple, de la position géographique, de la densité démographique, des réalités économiques et sociales ou, bien évidemment, de l’histoire qui a notamment fait de l’Alsace et de la Moselle des territoires qui ont changé plusieurs fois de pays dans des circonstances dramatiques. Tout cela laisse des traces dans les subconsciences, mais aussi de la méfiance variable vis-à-vis des « voisins », qui transcende les générations. Et cela se comprend bien.

 

Il n’en reste pas moins que l’institution régionale, aussi importante soit-elle, ne fait que gérer des compétences particulières. Elle ne saurait donc en rien nier les réalités des territoires qui la composent. De ce point de vue, les « chefs » des exécutifs régionaux, qui se sont tous baptisés « Président de Région », alors qu’ils ne sont que présidents d’une assemblée d’élus régionaux, gagneraient à reposer les pieds sur terre et à arrêter de faire croire qu’ils seraient des roitelets régnant sur les régions. Car, aujourd’hui, ils contribuent à faire croire qu’ils disposent d’un pouvoir qu’ils n’ont pas, contribuant ainsi à exacerber la défiance des citoyens, en Alsace et pas que.

 

Propos recueillis fin avril 2021 par Pascal Politanski, Ovipal

 

* Interview de Patrick Tassin, Président du CESER Grand Est : « Grand-Est ou pas, l’Alsace continue d’exister, de même que les autres anciennes régions », Pascal Politanski, Ovipal, 31 mars 2018, [URL : https://www.ovipal.com/interview-de-patrick-tassin-president-du-ceser-grand-est-grand-est-ou-pas-lalsace-continue-dexister-de-meme-que-les-autres-anciennes-regions]

 

** les inter-titres sont de l’OVIPAL

 

*** Les adieux sereins du Président Patrick Tassin au CESER Grand Est, Gérard Delenclos, le 12/10 à 09:00, [URL : https://forumeco.fr/les-adieux-sereins-du-president-patrick-tassin-au-ceser-grand-est/ : consulté le 23/03/2021]

 

**** Kern, Laura, 2017, «Les identités de l’Alsace à la croisée des préoccupations historiques et archéologiques régionales (1751-1870)», Strathèse, 5/ 2017. Identités plurielles, Strasbourg : Presses universitaires de Strasbourg, [URL : https://strathese.unistra.fr:443/strathese/index.php?id=1011]

 



01/07/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 901 autres membres